2012/01/14

3487 Si je pourrai

Très fatigué
D'éviter
Qu'il coule mon fleuve
En direction
Vers ta source.

Étant à seules
Dans cette automnale nuit
De novembre,
Je me demande
À moi-même
Si je pourrai
Avec ces pierres
De moulin qu'ils m'attachent
Le cou,
Ce lest
Salpêtreuse,
Cet suffocante délirer,
Si je pourrai
Construire dans le fond
De mon agonisante mer
Une nouvelle Atlantide
Un Jérusalem antique
Une future Shangri-la.
Publicar un comentario